Recherche-et-innovation.fr : Le blog d'un passionné d'innovation

Kamfit, le sport en chambre version scientifique et sportive

K Kamfit rond noir fond blanc

La startup Kamfit combine le HIIT (High Intensity Interval Training) et le Kamasutra. Les pratiquants font donc un sport efficace et plaisant, qui devient facilement un style de vie, contrairement à ce que l’on constate avec les régimes. Le « Kamfit » (pour Kamasutra & Fitness) constitue-t-il enfin une réponse efficace à la première cause de mortalité des pays avancés ?

Le surpoids, une calamité sans réponse dans les pays riches

Depuis plus de 40 ans, les civilisations dites « avancées » connaissent un problème grave : le surpoids et sa complication la plus fréquente, l’obésité. Aux Etats-Unis, l’obésité tue chaque année plus que le tabac et l’alcool réunis, c’est dire à quel point la situation est dramatique. L’Europe est touchée aussi, puisque depuis cette année, le surpoids est la première cause de mortalité au Royaume-Uni, devant la cigarette.

Pourtant, à ce jour, aucune politique publique n’a réussi à endiguer l’épidémie. On a cru un bref instant que l’Australie avait trouvé la solution dans les années 2000, avec l’ajout des indices glycémiques sur les étiquettes, mais au final, la progression de l’obésité a repris là-bas aussi. Nous sommes face à une bombe à retardement et nous n’avons pas la moindre idée de ce qu’il faut faire pour la désamorcer.

Régimes et efforts, des réponses contraignantes

Il faut dire que les solutions proposées par les pouvoir publics sont contraignantes. Physiquement, le poids découle de la balance entre énergie dépensée et énergie ingérée, et donc directement du style de vie. Les régimes et les programmes de sport améliorent la situation aussi longtemps que dure la motivation, mais se terminent systématiquement par une reprise de poids. Le Pr. Irène Margaritis, chef de l’unité de l’évaluation des risques liés à la nutrition à l’Anses, le dit : «plus on fait de régimes, plus on favorise la reprise de poids, et cette reprise de poids, qui concerne 80 % des personnes après un an, augmente encore avec le temps». Autant dire que vous avez plus de chances de maigrir en mangeant une énorme plaque de chocolat! C’est parfaitement explicable, on ne peut pas vivre une vie entière en se frustrant ou en se forçant. Quand on parle de changer les styles de vie, il faut proposer une alternative agréable, et ni les régimes, ni les programmes forcés d’entraînement n’en sont.

Le HIIT, meilleure méthode d’entrainement sportif, est trop demandant pour le grand public.

En termes de méthode d’entraînement sportif, le HIIT (High Intensity Interval Training) est de loin, la méthode qui fonctionne le mieux. C’est la méthode à la base du succès et de l’efficacité du CrossFit, de Freeletics, etc. Le principe est simple : il est beaucoup plus efficace de s’entraîner en alternant les phases « Haute intensité » de courte durée (typiquement >150% VO2 max pendant 10 à 30s) et les phases de récupération. Avec le HIIT, 3 à 4 entrainement de 20 à 30 minutes suffisent à obtenir des pertes notables de masse grasse, comme le montre cette publication du « Journal of Obesity », qui compare les résultats de 3 groupes, respectivement entraînés en HIIT (HIIE),  en entraînement continu (SSE), et d’un groupe de contrôle (CONT) :

KAMFIT - Journal of obesity - comparaison HIIT entrainement continue

Le groupe HIIT obtient une diminution de la graisse abdominale et sous-cutanée très sensiblement supérieure au groupe entraîné en continu, et ce malgré un temps d’entraînement inférieur de presque 40%. Cette étude rejoint plus de 120 autres sur les 15 dernières années pour démontrer l’efficacité de l’entraînement fractionné haute intensité sur la perte de poids, ainsi que sur l’amélioration de la VO2 max. Malheureusement, se pousser volontairement à 150% de sa VO2 max (l’équivalent d’un sprint de 60m) demande trop de motivation pour le grand public, qui préfère continuer à courir tranquillement, à un rythme continu. C’est donc beaucoup moins efficace.

Combiner le HIIT et le Kamasutra, une innovation à grand potentiel pour le grand public.

L’innovation de la startup Kamfit se donc résume à la question suivante : Que peut-on faire pendant une vingtaine de minutes, 3 à 4 fois par semaine, en alternant les phases de brûlante intensité et les phases de douce récupération ? Et oui, formulé comme ça, le Kamasutra vient facilement à l’esprit… Il suffisait d’y penser, comme toutes les bonnes idées, c’est presque une évidence à posteriori.

Mais les positions ne décrivaient pas suffisamment précisément les mouvements pour en déduire les sollicitations musculaires (c’est un peu comme expliquer la salsa en disant « il faut être debout »). Ils ont donc analysé les mouvements fondamentaux possibles pour chaque partenaire, les ont combiné avec les positions du Kamasutra, pour créer des « sexercices ». Chaque partenaire reçoit un sexercie haute intensité, et un sexercie basse intensité, et les utilise à sa guise quand il font l’amour.

A retenir : Le Kamasutra-Fitness pourrait constituer la première réponse efficace à grande échelle pour inciter les populations à augmenter leurs dépenses énergétiques et ainsi stopper l’épidémie de surpoids dans les pays avancés. Comme quoi, une innovation n’a pas forcément besoin d’être basée sur la haute technologie.